t f r
^

Invisibles, mais pour qui ?

Paris le 24 octobre 2013

Alors que le mouvement de grève s’étend comme jamais et que la pression augmente sur le ministère de la Santé.

Alors que les sages-femmes pour la première fois depuis longtemps s’organisent, réfléchissent, se réunissent, débattent de leurs conditions d’exercice en organisant des AG, des réunions départementales, et régionales.

Alors que les intimidations bafouant le droit de grève et le silence du ministère, nous renforce dans l’idée que notre place n’a jamais été respectée, qu’il ne leur ai jamais venu à l’idée que les sages-femmes pouvaient avoir une réflexion, une idée, un véritable désir d’exister dans le système de soins.

De partout en France, nous voyons  des collègues (médecins, internes, chef de services, infirmier(e)s, aides-soignant(e)s, etc.), ainsi que quelques personnalités publiques et politiques s’indigner du traitement qui nous ait réservé.

Nous y sommes. Que vous le vouliez ou non, Madame la ministre, nous sommes là. Ce que nous faisons, la population française le sait, le voit, le vit et nous soutient.

Finalement, Madame La ministre des Affaires sociales et de la Santé, nous ne sommes invisibles que pour vous.

 

Caroline Raquin

«
 
»

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply