t f r
^

La dérive des échographies fœtales à visée commerciale

echo_01_blogjssf

Suite à l’alerte du Pr Lansac, la presse s’intéresse aux problèmes liés aux échographies de complaisance :

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/12/05/les-gynecologues-s-opposent-aux-echographies-commerciales_1613441_3224.html

“Il faut réserver l’échographie aux gens qui savent s’en servir, les médecins et les sages-femmes” affirme le professeur.

P. Viossat (onssf) a également réagi. A la suite, le texte de P. Viossat :
L’Organisation Nationale des Syndicats de Sages-Femmes (ONSSF) s’associe au Pr Lansac, Président de la Commission Nationale d’Echographie Obstétricale et Fœtale, pour dénoncer la pratique des échographies fœtales commerciales.
En effet, une faille juridique (loi mise en place en 1961, soit avant l’existence de l’échographie obstétricale) permet à des sociétés de pratiquer en toute légalité ces échographies « ludiques » en employant des personnels n’ayant pas de statut de profession médicale.
Les ultrasons ne sont pas sans effet, suivant les réglages utilisés et le temps d’exposition. On ne peut pas écarter la possibilité d’effets tératogènes ou autres complications chez le fœtus où les organes sont en cours de constitution et de développement.
Ainsi, au nom du principe de précaution, les sages-femmes demandent aux législateurs d’entendre les avis de la Commission d’Échographie Obstétricale et Fœtale, de l’AFSSAPS, de l’Académie de Médecine et d’actualiser la loi de 1961 afin de stopper cette dérive.
Philippe Viossat

 

«
 
»

Share

Twitter Facebook Del.icio.us Digg LinkedIn StumbleUpon

Reply